Scène électro : interview de Sara Zinger

Couverture Facebook Sara Zinger

Présentation d’une artiste montante de la scène électro : Sara Zinger. Cet interview permet de découvrir une artiste au talent et au charismatique originaux, promise à s’exprimer au delà de la musique. Suite à son arrivée à Marseille au début des années 2010, sa carrière va prendre de l’importance grâce à un travail de composition authentique qui propose un mélange de styles musicaux entre rock et électro. Cette persévérance la mène sur des scènes éminentes comme récemment à l’INASOUND festival ou bientôt, au Rex Club de Paris et le R2 sur Marseille.

Il y a quelques années, j’ai pu vous voir jouer à la Dame noir sur Marseille où vous étiez résidente. Comment expliquer vous l’évolution de vos compositions ? 

J’ai commencé à composer quand je n’arrivais plus à trouver des morceaux qui me convenaient pour les jouer. Effectivement la dame noir fait parti des influences majeurs dans ma composition et le fait d être dj m’aide à capter la vibe qui va faire danser les gens dans une compositions. Quand je suis devant mon clavier en studio je sais exactement à quel moment dans mon track le public va réagir. Mes goûts n’ont pas changé mais avec l’acquisition d’expérience j’arrive de plus en plus à mettre en œuvre le style que je veux dans mes morceaux

Récemment, vous avez joué à l’INASOUND parrainé par Jean-Michel Jarre et, vous avez une date de prévu au Rex Club le 4 Juillet, haut lieu de la musique électronique qui a vu passer Laurent Garnier, Boys Noize ou Jeff Mills. Ressentez vous un changement ?

C’est drôle de mentionner Boys Noize car on partage le même plateau sur un festival cet été. On va dire que c’est plus confortable aujourd’hui, j’ai des dates dans des super conditions je ne joue généralement pas plus de 2h d’affilée et, le matos est parfait. Ce qui n’était pas le cas il y a quelques années quand je débutais dans des bars, alors qu’aujourd’hui, je côtoie les grands noms sur les line up.

Votre EP Go Back est sorti ce 19 Avril, la reprise Another Brick the Wall de Pink Floyd suggère que vos influences dépassent l’électro. Qu’est-ce qui, pour vous, rend ces deux univers compatibles ?

J’ai grandit avec la britpop, la new wave et l’electro est arrivée plus tard à mes oreilles ce qui explique que ça se ressent dans ma musique, le rock est une musique très dansante et efficace sur le public tout comme l’electro alors, le mélange des deux me semble naturel.

Votre style (notamment capillaire) peut faire penser au rôle de Nathalie Portman dans V pour Vendetta (2006), Charlize Theron dans Mad Max (2015) ou Sigourney Weaver dans Alien III (1992). Ce choix a pu marquer les esprits et donner sens aux univers de leurs films. Comment résumez-vous votre univers ?  

V pour vendetta j adore ce film ! Je met un point d honneur à ne revendiquer aucune cause, je ne suis ni rebelle ni féministe ou quoi que ce soit, ou peut être que si mais ça me regarde ce n’est pas une chose sur laquelle je souhaite communiquer parce que je fais de la musique pas de la politique. L’allusion à mon crâne rasé revient souvent c est drôle comme ça perturbe les gens. Je suis juste une fille qui en avait marre de se lisser les cheveux tous les matins. Mon univers, c’est une petite bulle autocentrée sur ma musique et quelques personnes importantes dans ma vie. Je n’appartiens pas à un mouvement je veux juste faire danser les gens et boire du champagne avec mes potes

Vous faites une apparition dans un épisode de la série Engrenages. Y-a-t-il des films qui vous ont particulièrement marquée ?

Engrenages grosse révélation pour moi j’ai un petit rôle dans les 2 premiers épisodes de la saison 7 et je ne compte pas m’en arrêter là à ce sujet. C’est quelque chose qui me plait autant que la musique aujourd’hui , s’il faudrait citer un film marquant je dirai Orange mécanique et dans un tout autre registre tous les films de Christian Clavier. J’ADORE Christian Clavier !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *